Ma Mer

Ma mer à moi est verte
et puis elle est blonde.
Elle ondule longuement au vent
et il y murmure
de tendres bruissements.

Jamais elle ne m’agresse,
jamais je ne m’y plonge.
Elle se déploie à mon regard
et je la contemple.

Un jour elle disparaîtra,
tout à coup,
sans laisser de traces,
pour laisser la place à d’autres.

Un jour elle reviendra,
et j’irai encore revoir
ses longues vagues,
et j’irai encore écouter
son léger bruissement,
car c’est cette mer là
qui m’emmène
dans d’ineffables contrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :