En blanc et pourpre

Une hampe de silencieuses trompettes en blanc pointé de pourpre.
Un petit bourdon s’y est lové,
Il y trouve le gîte tout autant que le couvert.

Ce serait merveilleux d’être ce petit bourdon,
Voir le pourpre d’une émotion pointer ton si pâle visage,
Trouver mon couvert de ta si goûteuse salive
Prendre le gîte au fond de tes si tendres bras.

On peut rêver …
Ne te fâche pas tout de suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :